divers

Le ministère de la Défense recrute 240 adjoints administratifs sans concours

 

Mis à jour le 19/03/2017 à 09:39 Publié le 19/03/2017 à 09:37

 

Le ministère de la Défense organise un grand recrutement d'adjoints administratifs. Et les candidats n'ont pas besoin de passer de concours pour prétendre à ces offres d'emploi.

 

Aucune condition de diplôme ni d’âge n’est demandée. Il faut simplement remplir les conditions générales d'accès à la fonction publique, soit:

 

- être de nationalité française ou ressortissant d'un état membre de l'Union Européenne

 

- jouir de ses droits civiques

 

- se trouver en position régulière au regard du code du service national

 

- ne pas avoir subi de condamnation inscrite au bulletin n°2 du casier judiciaire

 

240 postes sont donc proposés, mais la localisation des postes n'est pas encore connue.

 

Les recrutements sont organisés par différents centres ministériel de gestion (CMG):

 

- 13 par le CMG de Bordeaux

 

- 10 par le CMG de Lyon

 

- 32 par le CMG de Metz

 

- 34 par le CMG de Rennes

 

- 82 par le CMG de Saint-Germain-en-Laye

 

- 69 par le CMG de Toulon (dont 38 pour la CNMSS, Caisse nationale militaire de sécurité sociale).

 

Pour postuler, un dossier d'inscription doit être complété et envoyé par voie postale* au CMG de votre choix au plus tard avant le 11 avril, minuit (le cachet de la Poste faisant foi).

 

Le dossier d'inscription peut être téléchargé en ligne sur le site concours-civils.defense.gouv.fr (rubrique "Consulter le calendrier"). Il est possible de le demander par voie postale. Pour cela, il faut joindre à votre demande une enveloppe format A4 affranchie au tarif lettre 190 grammes et libellée à vos nom et adresse.

 

La sélection des dossiers se déroulera à compter du 2 mai et les résultats seront publié le 18 sur le site concours-civils.defense.gouv.fr. Les candidats seront ensuite convoqués pour un entretien d'une durée de 15 minutes à partir du 19 juin.

________________________________________

*Les adresses sont indiquées sur le dossier d'inscription

 

 

LA COMMUNE RECRUTE

 

DEPOSEZ VOTRE CANDIDATURE SI VOUS AVEZ LE PROFIL

 

LETTRE D'INFORMATION DE L'OPPOSITION MUNICIPALE N° 3 Décembre 2016

 

LE BULLETIN MUNICIPAL

 

LA REVUE CONSACRÉE À LA SATISFACTION DE MADAME LE MAIRE ET DE LA MAJORITÉ

Confusion des genres : on aurait pu penser que cette parution contribue à l’information des Régussois et que cet organe ne soit pas dédié à modeler l’image du Maire par les réalisations immobilières, sanitaires ou autres actions notamment en pénétrant les associations…..

 

Opposition et RNV : Le dernier bulletin n’échappe pas à cette volonté dissimulée de paraitre et n’hésite pas à calomnier les actions et les commentaires de l’Opposition allant jusqu’à l’amalgame du Groupe d’Opposition élu avec l’association Régusse notre Village.

 

Sur ce point il faut être clair, il s’agit de 2 entités autonomes, le groupe d’Opposition ÉLU chargé de l’action politique pour la vie communale et RNV, association loi 1901 libre et non dotée de subventions publiques dont le fonctionnement repose sur la cotisation de ses adhérents, commentatrice rigoureuse dénonçant les écarts fréquents de la gestion communale.

 

La morale : se servir du bulletin municipal, payé par les impôts des contribuables régussois et distribué par le personnel communal payé lui aussi par les mêmes contribuables, pour répondre à une association, c’est proprement scandaleux et cela s’apparente à de l’abus de bien social. Si vous avez une contradiction à apporter à cette association, imprimez et distribuez à vos frais. C’est ce que font d’ailleurs l’Opposition municipale par cette lettre d’information et RNV par son flash info. Et vous voudriez en plus nous donner des leçons de morale !

 

Désinformation chronique : sans reprendre tous les points de cette page du dernier bulletin, il est utile de commenter quelques affirmations fantaisistes et dénuées de bon sens :

 

Le budget « excédentaire » : il faut que Madame le Maire et l’Adjoint aux finances comprennent enfin que ce n’est pas un bénéfice mais une économie réalisée par une plus ou moins bonne gestion, permettant l’investissement futur alors que les subventions deviennent de plus en plus rares. Le budget de fonctionnement ne peut absolument pas être déficitaire sous peine de mise sous tutelle. L’excédent budgétaire est passé de 327 895 € en 2013 à 228 660 € en 2015, tout juste de quoi payer en 2016 les remboursements d’emprunt soit 208 721 € tous budgets confondus alors qu’avec une gestion plus attentive il devrait représenter 25 % (environ 700 000 €) du budget de fonctionnement au lieu de 8 % en 2015. Que reste-t-il pour financer les investissements : les emprunts ! En 3 ans il a été emprunté 1 978 700 € sans consultation du Conseil municipal et ce n’est pas fini, près de 400 000 € devront encore être empruntés dans les tous prochains mois. Certes les taux d’imposition n’ont pas été augmentés mais jusqu’à quand ? Quel sera l’excédent budgétaire 2016 ? La réponse lors du vote du budget 2017 !

 

Les locaux de l’école : ils n’ont pas été agrandis, les travaux réalisés concernent essentiellement l’agrandissement du préau de 220 m², la mise aux normes handicapés des toilettes, seule partie du bâtiment concernée et la construction de rampes. Les terrassements ont représenté 37% de la dépense avec plus de 340 000 €. Nous sommes persuadés que ces travaux auraient pu être réalisés à un coût moindre si nous avions été écoutés au lieu de prendre nos remarques et suggestions pour des critiques stériles et négatives.

 

La politique de la Majorité : les faits prouvent que chaque fois que l’Opposition s’est exprimée sur les investissements c’était pour dénoncer d’une part leur coût prohibitif, leur manque de réflexion et d’autre part sur le fait de ne pas avoir été consultée et d’être mise devant le fait accompli sous prétexte qu’ils découlaient du précédent mandat et étaient déjà ficelés. Une Majorité qui travaille, dixit Madame le Maire, avec un premier Adjoint fréquemment absent appelé « l’homme invisible », celui qui répète depuis le début du mandat « on peut dépenser, on peut embaucher, on peut emprunter ». Depuis quelques temps ce même personnage lorsqu’il est présent change de programme : « stop on ne dépense plus, il faut freiner », ce qui d’ailleurs déboussole la Majorité, habituée à dépenser sans compter.

 

Réhabilitation de la salle des fêtes : quand bien même la mise aux normes handicapés était nécessaire, qu’a-t-on fait avec les 371 768 € dépensés ? Nous ne sommes pas les seuls à nous poser cette question. Quelques m² gagnés pour la cuisine, la modification de l’entrée avec rampe d’accès, un WC pour handicapés et un ascenseur PMR, cela fait tout de même cher et on nous dit que « l’architecte aurait oublié » le chauffage, l’isolation et autres broutilles pour un montant de 32 487 € qui ont fait l’objet d’avenants. Et nous n’avons toujours pas de salle des fêtes digne de ce nom. Dans le domaine des réalisations, qu’il nous soit permis un comparatif avec un village voisin : BAUDINARD, 215 habitants, une salle des fêtes et un théâtre de verdure pour 1 646 000 €, subventions 564 650 €, emprunt 300 000 € et autofinancement 781 350 €.

 

AFFAIRE CARETTE ! L’Opposition municipale a eu entre les mains tous les courriers échangés, le rapport de gendarmerie après la plainte déposée par un membre de la Majorité, les articles dans la presse etc. Pas d’affaire CARETTE ?

 

D’autres points mériteraient d’être évoqués mais pour l’instant on va en rester là.

 

L'Opposition assure des fonctions indispensables en démocratie. Elle permet d'abord une information contradictoire des décisions et des intentions de la Majorité municipale. Il revient à l'Opposition de soulever des questions, de susciter les interrogations et de critiquer les orientations de telle ou telle politique qu’elle considère néfaste aux intérêts des Régussois.

 

Nous réaffirmons donc notre volonté de rester vigilants face aux projets de Madame le Maire et de la Majorité et restons à l'écoute des Régussois.

 

Roger DEMANGE Renée JEANNERET Alain FILIPPI Annie BALLIN